News

International Conference of Information Commissioners 2019: Conference Statement

Posted on March 18, 2019

From 10 - 13 March 2019, the International Conference of Information Commissioners (ICIC2019) was held in Midrand, South Africa, to discuss ways in which to strengthen access to information internationally. The following statement provides an overview of the conference proceedings.

pdfDownload this statement (English)

pdfTélécharger cette déclaration (français)


JOHANNESBURG CONFERENCE STATEMENT
ICIC CONFERENCE MARCH 2019
Johannesburg, South Africa

The 11th International Conference of Information Commissioners (ICIC)

Over 200 conference participants, with delegates from more than 50 countries from across the globe, made up of Information Commissioners, ombudsmen, government agencies, academics, international institutions and civil society organisations, convened in Johannesburg, South Africa, on 11 and 12 March 2019, under the auspices of the Information Regulator (South Africa) and the Centre for Human Rights, University of Pretoria.  The meeting of Information Commissioners and Ombudsmen takes place annually in different locations around the world.  The overall theme of the Johannesburg Conference was: ‘Building international co-operation to strengthen public access to information globally’.

This statement is a summarised overview of the conference proceedings and key themes that emerged. A comprehensive and detailed report will be issued subsequently.

The conference took place against the backdrop of a number of international human rights instruments: Article 19 of the Universal Declaration of Human Rights, which provides for a right of all persons to ‘seek, receive and impart information’; and related instruments which provide for the right:  Article 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights, Article 13 of the American Convention on Human Rights, Article 10 of the European Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms, and Article 9 of the African Charter on Human and Peoples' Rights. 

Over two days, the Conference met through a series of plenary and concurrent panel discussions. Diverse insights were shared as part of in-depth discussions about access to information rights. During these sessions delegates:

Affirmed that the right of access to information is fundamental to democracies and the assertion of basic human rights; that transparency supports good governance, accountability, citizen participation, a robust business environment, efforts to combat corruption, and that the support for free media and journalism is part of wider efforts to build social inclusion.

Noted the critical issue that not all citizens are able to exercise the right of access to information equally. Women, refugees, internally displaced persons, people living with disabilities and other vulnerable and marginalised groups face particular challenges. Whether socioeconomic, political or historical in nature, these challenges impede both their right to access to information and access to information about them.

Recalled the monitoring by UNESCO of Sustainable Development Goal 16.10 to support the implementation of access to information and right to information laws, regulations and policies. If citizens have access to information they are empowered to advocate, participate and monitor for meaningful progress towards the wider SDG Agenda 2030.

Recognised the rich and diverse range of perspectives, voices and platforms able to contribute to strengthening public access to information and the opportunities to further build international collaboration.

Key themes and issues

In the opening session emphasis was placed on the fundamental importance of the right to information as the centrepiece of democracy in the promotion of transparency, good governance and the realisation of the right to participatory democracy, freedom of expression and digital rights and freedom. The importance of access to information as an enabler of other rights, thus ensuring the realisation of all other rights, be they civil, political, socio-economic, or cultural rights, was also emphasised.

Proactive disclosure was described not as a privilege but as an obligation of all institutions to which the right of access to information applies, including elected representatives and other officials and an imperative for transparency and the development and implementation of a wide range of effective laws and policies including the attainment of the Sustainable Development Goals. The meeting was appraised through UNESCO of the need to ensure focussed reporting on the right to access information recorded in Sustainable Development Goal 16.10.2. Information Commissioners were identified as key authorities who could play an important role in strengthening reporting on Sustainable Development Goal 16.10.2.  Attention was drawn to the potential of the ‘right to be forgotten’ provisions in the European General Data Protection Regulation on the right of access to information, and the need for Information Commissioners to be proactive in debates around the balance between privacy and access to information.

In a review of international, regional, sub-regional and national trends in public access to information, key challenges were identified including the following:

  • concerns about non-compliance with statutory requirements of transparency legislation;
  • constraints on resources to adequately promote the right of the public to access to information including support to public institutions or authorities with capacity training;
  • poor quality record management practices that undermine effective realisation of the right of access to information;
  • the failure of public institutions in all arms and tiers of government in many countries, to embrace the culture of proactive disclosure of information, both as a key obligation and an essential requirement of access to information rights;
  • challenges with enforcing compliance and to go beyond resolving individual wrongs and the ability to identify larger systemic issues;
  • the emergence of what was described as a ‘war of narratives’, where false information is used to promote certain narratives that are not in the public interest (such as racism);
  • the significant role of ‘infomediaries’, providing local services to make information more easily accessible, and the important bridging civic space they occupy;
  • advocacy for greater compliance by public institutions with their access to information obligation should also extend to the legislative and judicial organs of the State and as well as to security sector institutions, amongst others; and
  • the relevance to develop the right to information along with data protection and privacy.

Weighty consideration was given to the needs of marginalised and vulnerable groups, recognising a range of initiatives from the work of Information Commissioners and civil society organisations to address the challenges, including projects in Bangladesh, Brazil, Guatemala, Liberia and Nigeria.  Innovative models demonstrating the power of technology to improve access to information, transparency and accountability were provided by developing countries that participated.

In consideration of the use of access to information and freedom of information legislation as a tool to enhance accountability, transparency and deliver other social benefits, attention was drawn to evidence that suggests that the ease with which information is accessible from public institutions is directly related to the level of trust and confidence in those institutions. It was recommended that institutions should strive to emulate best practices to enhance their performance.  Lastly, it was also highlighted that Information Commissioners should take full advantage of current developments in ICTs to foster more effective access to information systems.  

The focus of the second day of the conference was a series of concurrent panels covering a wide range of topics, including sessions on the following:

  • establishing independent and effective oversight bodies for access to information regimes;
  • consideration of the challenges in managing privacy and access to information regimes during elections;
  • the impact of new technologies on democratic accountability;
  • approaches to access to information in the absence of a legislative framework;
  • approaches to co-operation in the enforcement, monitoring and supervision of access to information legislation;
  • how information commissioners can derive value for their work to improve the operation of the access to information laws in their countries by collating information on the implementation of their law for reporting to UNESCO on progress against Sustainable Development Goal indicator 16.10.2; and
  • managing the interface between privacy and access to information.

Some pertinent insights and perspectives emerged, including the following:

  • A wide range of approaches exists to ensure the independence of access to information authorities, including through governance arrangements and appointment processes, financial independence, transparency of decision-making and access to justice for dis-satisfied information requesters, including marginalised and vulnerable groups, in the context of affirming their right of access to information.
  • It was recommended that the ICIC develop a set of principles and guidance on elections, addressing access to information and data protection with a view to attaining an appropriate balance between both rights within the context of elections. In developing these principles, consultation with relevant stakeholders such as election management bodies, data protection authorities and civil society organisations was recommended.
  • Given the fundamental nature of the right, the absence of dedicated statute or laws should not limit the exercise of the right. A range of non-legislative measures, such as awards, capacity building and the work of civil society groups, provide opportunities to promote a culture that guarantees the realisation of the public’s right to access to information.
  • The role of Information Commissioners is crucial in building capacity within their organisations to enable them to confront new and emerging issues and challenges, such as issues related to access to information in the digital age.
  • Information commissioners should also be willing to effectively play their role of effectively resolving access to information disputes in a manner that is timely, cost-effective and also strengthens public recognition and affirmation of this right.
  • Information Commissioners should endeavour to build relationships with civil society in their work, including the monitoring of and reporting on SDG 16.10.2.

In conclusion, the 2019 ICIC Conference, the second held on African soil, presented another opportunity for the greater inclusion of African Information Commissioners. The rich and varied debates and sharing of a diversity of experience and practice provide a platform to maintain the momentum of the ICIC and to strengthen and shape its future work.

Johannesburg, South Africa, 13 March 2019


COMMUNIQUÉ FINAL DE LA CONFERENCE DE JOHANNESBURG
CONFERENCE DE L’ICIC TENUE EN MARS 2019
Johannesburg, Afrique du Sud

La 11ème Conférence internationale des commissaires à l'information (ICIC)

Introduction

Environs plus de 200 participants à la Conférence, avec des délégués de plus de 50 pays du monde entier, parmi lesquels se trouvent les commissaires à l'information, les ombudsmans, les services étatiques, les universitaires, les institutions internationales ainsi que les organisations de la société civile, se sont réunis à Johannesburg, en Afrique du Sud, en date du 11 au 12 mars 2019, sous les auspices de l’organe chargé de la régulation de l’information en Afrique du Sud (Régulateur de l’Information) du régulateur de l'information (Afrique du Sud) et du Centre pour les droits de l'homme, de l’Université de Pretoria. La rencontre des commissaires à l'information et des médiateurs a lieu chaque année à différents endroits dans le monde. Le thème général de la Conférence de Johannesburg était: « Construire une coopération internationale pour renforcer l'accès du public à l'information au niveau mondial ».

Ce communiqué final est un résumé des travaux de la conférence et des thématiques clés ayant fait l’objet des discussions. Un rapport complet et détaillé sera publié ultérieurement.

Un certain nombre d’instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme sous-tendent l’organisation de cette conférence. C’est le cas de l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui confère à toutes les personnes le droit de « rechercher, recevoir et communiquer des informations ». Ce droit est garantie par d’autres instruments connexes: l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, l’article 13 de la Convention américaine relative aux droits de l'homme, l’article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, et l’article 9 de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples.

Les deux jours de conférence ont été culminés par des débats en plénières et des tables rondes entre participants. De ces discussions ont jailli certaines idées relatives au droit d’accès à l’information. A cette occasion, les délégués ont:

Affirmé que le droit d'accès à l'information est crucial aux démocraties et à l'affirmation des droits et libertés fondamentaux de l’homme; que la transparence accroît la bonne gouvernance, la responsabilisation, la participation citoyenne, un bon climat des affaires, la lutte contre la corruption; et que le soutien à la liberté des médias et du journalisme fait partie des efforts plus vastes visant à renforcer l'inclusion sociale.

Noté le problème crucial que tous les citoyens ne sont pas en mesure d'exercer le droit d'accès à l'information de manière égale. Les femmes, les réfugiés, les personnes déplacées, les personnes vivant avec handicap et les autres groupes vulnérables et marginalisés sont confrontés à des défis particuliers. Qu'ils soient socio-économiques, politiques ou historiques, ces défis entravent à la fois leur droit d'accès à l'information et l'accès à l'information qui les concernent (à leur sujet.)

Rappelé le suivi par l'UNESCO de l'objectif de développement durable 16.10 visant à soutenir la mise en œuvre des lois, réglementations et politiques relatives à l'accès à l'information et au droit à l'information. Lorsque les citoyens ont accès aux informations, ils sont la capacité de défendre, de participer et de surveiller les progrès significatifs dans la réalisation de l’Agenda 2030 des ODD au sens large.

Reconnu l’éventail riche et diversifié de points de vues, de voix et de plates-formes capables de contribuer au renforcement de l'accès du public à l'information et aux possibilités de renforcer la collaboration internationale.

Thématiques et problèmes clés

Lors de la session d’ouverture, les conférenciers ont mis l’accent sur l’importance du droit à l’information en tant que pierre angulaire de la démocratie dans la promotion de la transparence, de la bonne gouvernance et de la réalisation du droit à la démocratie participative, de la liberté d’expression et des droits et libertés numériques. Ils ont également mis l'accent sur le fait que l'accès à l'information sert de catalyseur à d'autres droits, assurant la réalisation d'autres droits. Ceci garantie ainsi la réalisation de tous les autres droits, qu'ils soient civils, politiques, socio-économiques ou culturels.

La Divulgation proactive a été décrite non pas comme un privilège, mais comme une obligation de toutes les institutions auxquelles s'applique le droit d'accès à l'information, y compris les représentants élus et autres fonctionnaires et un impératif de transparence et de développement et la mise en œuvre d'un large éventail de lois et de politiques efficaces, y compris la réalisation des objectifs de développement durable.

A travers l’UNESCO, la conférence a été évaluée sur la base de la nécessité de veiller à ce que des rapports ciblés sur le droit d’accès aux informations consignées dans l’objectif de développement durable 16.10.2 soient établis. Les commissaires à l'information sont perçus comme des acteurs clés pouvant jouer un rôle important dans la soumission des rapports relatifs à la mise en œuvre de l'objectif de développement durable 16.10.2. Les conférenciers ont tiré l’attention sur les effets que comporte le « droit à l’oubli » contenu dans les dispositions du règlement général européen sur la protection des données sur le droit d'accès à l'information et sur la nécessité pour les commissaires à l'information d'être proactifs dans les discussions concernant l'équilibre entre ce qui est intime, confidentiel et l'accès à l’information.

En examinant les tendances internationales, régionales, sous-régionales et nationales en matière d’accès du public à l’information, les principaux défis ont été relevés, notamment:

  • Des préoccupations relatives au non-respect des exigences légales des lois en matière de transparence;
  • Des contraintes en matière de ressources pour promouvoir de manière adéquate le droit du public à accéder à l'information, notamment en accompagnant les institutions ou autorités publiques chargées de la formation des capacités;
  • Des pratiques relatives à la mauvaise gestion des données qui compromettent la réalisation effective du droit d'accès à l'information;
  • Le défaut des institutions publiques, à toutes les branches et tous les niveaux de gouvernement, dans de nombreux pays, à adopter la culture de la livraison des informations, à la fois en tant qu'obligation et condition nécessaires pour l'accès à l'information;
  • Des défis à faire respecter la conformité et à aller au-delà de la résolution de problèmes individuels et de la capacité d'identifier des problèmes systémiques plus vastes;
  • L’émergence de ce qui a été décrit comme une « guerre de récits », où de fausses informations sont utilisées pour promouvoir certains récits qui ne sont pas dans l’intérêt du public (comme le racisme);
  • Le rôle important des « infomédiaires », qui fournissent des services locaux pour rendre l’information facilement accessible, et leur importance dans le maintien d’un espace civique;
  • Le plaidoyer en faveur d'une conformité accrue des institutions publiques dans la mise en œuvre de leur obligation vis-à-vis à l'accès à l'information devrait également s'étendre aux organes législatifs et judiciaires de l'État ainsi qu'aux services de sécurité, entre autres; et
  • La pertinence de développer le droit à l'information ainsi que la protection des données et la vie privée.

Une attention particulière a été accordée aux besoins des groupes marginalisés et vulnérables, tout en reconnaissant diverses initiatives prises par les commissaires à l'information et des organisations de la société civile pour relever les défis, notamment des projets au Bangladesh, au Brésil, au Guatemala, au Nigéria et au Libéria. Les pays en développement qui ont participé à la conférence ont fourni des modèles novateurs démontrant la capacité de la technologie dans l’amélioration de l'accès à l'information, la transparence et la responsabilité.

Compte tenu de l'utilisation de la législation sur l'accès à l'information et de la législation sur la liberté d'information en tant qu'outil pour renforcer la responsabilité, la transparence et apporter d'autres avantages sociaux, les conférenciers ont constaté, sur la base de certaines preuves, que la facilité avec laquelle l'information est accessible depuis les institutions publiques est directement liée au degré de confiance dont les administrés éprouvent à l’égard de ces institutions. Il a été recommandé que les institutions s'efforcent d'émuler les meilleures pratiques pour améliorer leurs performances. Enfin, il a également été souligné que les commissaires à l'information devraient tirer profit des récents développements en matière de Nouvelles technologies de l’information et de la communication pour favoriser un accès plus efficace aux systèmes d'information.

Lors de la deuxième journée de la conférence, les participants se sont regroupés dans une série de groupes de travail simultanés. Ils ont couvert une grande variété de sujets. Les sessions ont notamment porté sur les sujets suivants:

  • La mise en place d'organes de contrôle efficaces et indépendants dans le suivi de l’accès à l’information;
  • La prise en compte des difficultés rencontrées dans la gestion de la confidentialité et de l'accès à l'information lors des élections;
  • L’impact des nouvelles technologies sur la responsabilité démocratique;
  • Les approches d'accès à l'information en l'absence d'un cadre légal;
  • Les approches de la coopération en matière d'application, de surveillance et de contrôle de la législation sur l'accès à l'information;
  • Comment les commissaires à l'information peuvent profiter de ces travaux pour améliorer la mise en œuvre des lois sur l'accès à l'information dans leurs pays en rassemblant des informations sur l'application de leur législation aux fins de communication à l'UNESCO des progrès réalisés par rapport à l'indicateur 16.10.2 de l'objectif de développement durable; et
  • Gérer les relations entre la vie privée et l'accès à l'information.

Quelques idées et perspectives pertinentes ont émergé, notamment:

  • Un large éventail d'approches existe pour garantir l'indépendance des autorités chargées de faire le suivi de l'accès à l'information. Elles comprennent les arrangements de gouvernance et de processus de nomination, l'indépendance financière, la transparence du processus de décision et l'accès à la justice par les requérants d’informations qui n’en ont pas reçues tels que les groupes marginalisés et vulnérables, dans le cadre de l'affirmation de leur droit d'accès à l'information.
  • Il a été recommandé que le ICIC élabore un ensemble de principes et d'orientations sur les élections, traitant l'accès à l'information et la protection des données en vue de réaliser un équilibre approprié entre les deux droits dans le contexte des élections. Lors de l'élaboration de ces principes, les conférenciers ont recommandé que le ICIC consulte les parties prenantes concernées tels que les organes de gestion des élections, les autorités de protection des données et les organisations de la société civile.
  • Compte tenu de la nature fondamentale de ce droit, l'absence de loi ou de lois spécifiques ne devrait pas limiter l'exercice de ce droit. Un éventail de mesures non législatives, telles que les attributions, le renforcement des capacités et le travail des groupes de la société civile, offrent l’occasion de promouvoir une culture garantissant la réalisation du droit du public à l’accès à l’information.
  • Compte tenu de la nature fondamentale du droit, l'absence des lois spécifiques ne devrait pas limiter l'exercice de ce droit. Un éventail de mesures non législatives, tels que les récompenses, le renforcement des capacités et le travail des organisations de la société civile, peuvent promouvoir une culture qui garantit la réalisation du droit du public à l’accès à l’information.
  • Le rôle des commissaires à l'information est crucial pour renforcer les capacités de leurs organisations afin de leur permettre de faire face aux problèmes et défis nouveaux et émergents, tels que les problèmes liés à l'accès à l'information à l'ère numérique.
  • Les commissaires à l'information devraient également être disposés à jouer de manière efficace, leur rôle consistant à régler efficacement les différends relatifs à l'accès à l'information de manière opportune et économique, tout en renforçant la reconnaissance et l'affirmation publiques de ce droit.
  • Les commissaires à l'information devraient s'efforcer de tisser des liens avec la société civile dans leurs travaux, notamment en surveillant et en rendant compte de l'ODD 16.10.2.

En conclusion, la Conférence internationale des commissaires à l'information (ICIC) 2019, la deuxième tenue sur le sol africain, a offert une opportunité pour l’inclusion des commissaires africains à l'information. Les débats riches et variés et le partage d’expériences et des pratiques diversifiées constituent une aubaine pour maintenir la dynamique du ICIC ainsi que pour renforcer et orienter ses futurs travaux.

Ainsi fait à Johannesburg, Afrique du Sud, le 13 mars 2019.

- Author Centre for Human Rights
Last edited by Elzet Hurter

Copyright © University of Pretoria 2019. All rights reserved.

FAQ's Email Us Virtual Campus Share